mardi 14 août 2012

Nailloux expérience (épisode 2: le village)

Comme je suis très logique j'ai commencer à parler de nos achats avant de parler du village de marques.

Mon homme et moi sommes donc allés là:
(Crédit photo:faust-in.com)

A 20 minutes de Toulouse (sans les bouchons entendons-nous bien) nous trouvons un parking (soit, mais encore?...) devant ce qui semble être l'entrée d'un mignon petit village typique.

A peine descendu de voiture, une bande sonore vient nous chatouiller les oreilles: enfant qui rigolent, cigales, clocher d'église qui sonne au loin, on s'y croirait.

Un petit village tout de même: seulement deux rues. (remarque pour la région c'est déjà pas mal, je connais de nombreux coins qui n'ont pas ce luxe, c'est fou la quantité astronomique de trou du cul du monde qui existe, c'est à ce poser des questions sur le système digestif terrestre).

Deux rues donc où s'alignent des boutiques sous les maisons à colombages et les volets bleus.

Le concept est assez simple, les marques proposent les collections des années précédentes à prix cassés (disons de 30 à 70%).
On trouve un peu de tout: textile, chaussures, maroquinerie, bagagerie, ustensiles de cuisine, vaisselles, et nourriture.
Les marques jouent le jeu, les rabais sont là et sont vraiment significatifs, d'autant plus que la majorité des marques affichent les prix classiques et les prix Nailloux village. (exemple: un robe Kookai à 45 € au lieu de 130 ! et jolie en plus!)

Mention spéciale pour le boutique Lindt. Des glaces faites avec leur chocolat (oui logique mais quand même, on en bave), des sachets pour les bouchées individuelles, toutes les plaquettes de leur collection avec les nouveautés et des prix qui ne font pas fondre le porte monnaie. Et le chocolat, ben il est juste divin.

Les bémols: Nous avons été assez déçu pas la taille du village. Il est petit et tous les emplacements disponibles ne sont pas occupés. Alors oui il n'y pas mal de boutiques, mais c'est pas non plus extraordinaire. 

Et puis, je ne sais pas, je m'attendais à autre chose, plus de choix, des boutiques qui à la base sont plus accessibles au commun des mortels (non je ne m'habille pas tous les jours chez Kookai).
Même si la différence de prix est impressionnante, je sens que cette visite restera une exception, que cet endroit n'est pas fait pour moi. D'ailleurs à part les valises, nous ne nous sommes rien achetés (sauf un petit porte feuille élite pour moi, mais ce n'était pas une coquetterie, j'en avait vraiment besoin).

Autre point à signaler: il n'y avait personne. Mais alors personne. Soit disant qu'à l'ouverture (pour les dernières soldes d'hivers, début 2012 donc) les gens se battaient pour entrer dans les boutiques, aujourd'hui ce n'est plus cas.Le parking était vide, les vendeurs s’ennuyaient dans les boutiques et se pressaient pour s'occuper de nous. Moi qui suis légèrement agoraphobe, j'ai grandement apprécié. Mais je ne sais pas trop quoi en penser. Est-ce simplement du au fait que c'est les vacances, et que les soldes ne sont pas si lointaines, où est-ce vraiment un manque de succès ? Trop loin de Toulouse ? Trop loin de tous? Je ne sais pas.

Bilan Mitigé.

Il faudra peut être y revenir plus tard, quand toutes les boutiques seront occupées, que la poussière neuve aura disparue et que cette ambiance policée de boutique de luxe se sera estompée. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire