vendredi 31 octobre 2014

Saleté de diabète gestationnel!



Le résultat de mes analyses est tombé il y a quelques jours: je suis positive. Je fais du diabète gestationnel.
Deux des résultats sur trois ne sont pas bons.

Pourtant je ne suis pas quelqu'un "à risques". J'ai 26 ans, c'est ma première (vrai) grossesse, je n'ai pas d'antécédent familiaux (mise à part ma grand mère paternelle comme beaucoup de personne agée), je n'ai pas pris énormément de poid (5 kilos en 5 mois c'est pas énorme, si?)

C'est quand même balot de faire partis des 6 ou 7% de femme qui le déclanche.

Je prends ça extrèmement mal. Je ne suis qu'une boule d'angoisse depuis que j'ai vu les résultats. J'imagine déjà un bébé sumo, futur diabétique, une grossèsse et un accouchement pathologique, tellement loin de ce que j'avais imaginé, un quotidien pourri par un régime drastique et des contrôles glycémiques systématifs.
Bref, c'est pas la joie.

J'ai eu un rendez vous avec mon médecins traitant qui suit ma grossesse très rapidement. C'était le moment de prendre rendez vous pour la visite du sixième mois, ça tombait bien.
Elle a été parfaite, et je la remercie. Très rassurante et déculpabilisante. M'expliquant que ce n'était pas ma faute, ni celle de mon alimentation, c'est juste pas de chance de le déclarer, (Merci j'avais besoin de l'entendre), que le fait de l'avoir détecté permettait une prise en charge rapide et adaptée et qu'un simple petite régime suffirait surement à le contrôler. Pas de quoi paniquer donc.
Elle m'a également obtenu un rendez vous le lendemin avec une endocrinologue/diététicienne dans la clinique où j'ai prévu d'accoucher.
Je suis sortis de là, rassurée et presque sereine. Ce n'était pas si méchant que ça.

Le lendemin donc (Mardi) nous nous rendons chez l'endocrinologue.
Alors comment décrire ce rendez vous? Ah oui: Expéditif!
Il y avait 3 personnes devant nous dans la salle d'attente, mais nous n'avons attendu que 10 minutes.
Quand vient notre tour, je n'ai pas le temps de finir ma phrase et d'expliquer pourquoi nous sommes là, qu'elle me demande si j'ai pris beaucoup de poid, "parce qu'il ne faut pas prendre de poid, c'est pas bien!"
En 2 minutes top chrono: pesée, prise de tension, mesure de la glycémie. Effectivement je suis trop haute. Hop on se rhabille, "bon alors vous mangez quoi?" Pas le temps de finir d'expliquer. "Régime!"
Tant de gramme de pain, tant de gramme de féculant pesés cuits, évidemment aucun sucre rapide mise à part 2 portions de fruit dans la journée. Voilà votre ordonnance pour une prochaine prise de sang. On se revoit dans 10 jours, merci au revoir.

Voilà.

 J'avais des questions. J'avais des angoisses. J'ai esseyé d'en parler. Je n'ai pas pu en placer une. Tout ce qu'elle a réussi à faire, c'est me faire culpabiliser à mort parce que je buvais un chocolat chaud le matin et que je mangeais un yaourt au fruit le midi. Elle a démoli en 5 minutes, toute la sérénité qu'avais réussis à m'apporter ma doctoresse la veille.

On est sortis de là sonnés, perdus, en colère et plus angoissée que jamais en ce qui me concerne.

J'ai des vraies peurs, et le medecin aurait du m'écouter. Le diabète me fait peur, et aussi et surtout le régime me fait peur.
J'ai peur d'avoir faim. Voilà. C'est purement égoïste et je culpabilise un maximum d'avoir d'abord peur pour mon confort plutôt que pour mon bébé.
Je vais le faire ce régime, évidemment et plutôt deux fois qu'une. Mais j'ai peur de la faim.
J'ai toujours été une grosse mangeuse. J'aime manger, c'est une source de plaisir pour moi, et j'en ai besoin.
Je mange plus que mon mari qui fait pourtant 90kg. Sauter un repas est inimaginable, moins manger est  une souffrance. Pourtant je faisais déjà bien attention depuis le début de ma grossesse. Je mangais de grosses quantités, mais pas n'importe quoi, je mange équilibré. Des fruits, des légumes, des protéines et des féculants.
Mais je mangeais beaucoup surtout parce que j'avais faim. Tout le temps. Pas une petite fringale, non. Une vraie faim, celle qui fait gargouiller, celle où tu sens que tu n'as plus d'énergie.
Alors pour me caler, le pti dej était copieux mais pas trop sucré, mon gouter de 10h (1 pomme) me permettait de tenir difficilement jusqu'à midi. Puis un déjeuner aussi copieux en féculant pour tenir jusqu'au gouter. Et un diner plus léger, sans féculant généralement, pour ne pas m'endormir trop lourde. D'ailleurs je me couchais souvant en ayant faim. Mais je m'interdisais de grignotter.

Et voilà qu'il faut que je mange 2 fois moins en espérant que cela suffise pour contrôler cette glycémie. C'est nécéssaire, voire vital pour mon plancton. Je ferais tout les efforts possibles pour lui. Il n'y a aucun doute la dessus.

Et je sais que des tas de femme passent par là, je ne suis ni la première, ni la dernière. Et ce n'est que pour quelques mois. Ce n'est rien comparé au gens diabétiques qui subissent ça toute leur vie. Et puis, je vais m'habituer, il n'y a pas de raison que ça se passe mal. Mais pour le moment, ça me semble vraiment très difficile.

Bref, je n'ai plus qu'à attendre le résultat de mes prochaines analyses pour savoir si ce régime est efficace où s'il faut passer à quelques chose de plus drastique.
Attendre, dans l'angoisse, la faim et la culpabilité.




8 commentaires:

  1. :( ma pauvre je compatis, en plus l'endocrinologue connard par là dessus c'est le truc qui fait bien plaiz...
    C'est chiant de devoir tout surveiller, et non je trouve que 5 kilos en 5 mois c'est très correct!
    Bon courage poulette!

    RépondreSupprimer
  2. Ma pauvre, et puis alors tomber sur un médecin pareil, quelle plaie !!! Non mais vraiment c'est à se demander s'ils se mettent une seconde à la place des gens.

    J'ai lu ton article avec attention parce que je reviens des prises de sang qui doivent confirmer (ou non ) que je fais aussi du diabète gestationnel, ils le soupçonnent depuis la dernière prise un peu trop élevée. Pourtant comme toi j'ai pris peu de poids et n'ai aucun antécédent... j'attends les résultats lundi avec angoisse parce que moi aussi j'aime cuisiner, j'aime les repas en famille, les bons petits plats mitonnés, et même si on va me dire " qu'est ce que c'est en comparaison d'attendre un bébé blablabla", oui ca me SAOULERAIT de me mettre au régime, de tout surveiller, tout controler... et puis les petites piqures pour controler la glycémie, merci bien... ;(

    Bref de tout coeur avec toi ! Et ne culpabilise pas d'avoir " peur pour ton confort" comme tu dis, c'est normal, c'est vraiment désagréable de devoir surveiller toute son alimentation alors que la grossesse est déjà une période de gros bouleversements. Bon courage et... je te rejoins peut être dans l'aventure régime de grossesse d'ici 3 jours ! ;)

    PS : en revanche si c'est le cas, je compte bien faire des orgies à la maternité ah ah ah :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton soutient. Je croise les doigts pour toi!
      Et oui, moi aussi, je compte bien me rattraper à la maternité, j'ai passé commande auprès de mon homme: sushi, saucisson et gateau au chocolat!

      Supprimer
  3. Ah merde... désolée que ça te tombe dessus. J'ai des copines à qui c'est arrivé et en rééquilibrant leur alimentation (et en supprimant le sucre, il est vrai...) ça s'est très bien passé. Bon, ça reste chiant et je comprends que tu stresses. Courage !

    RépondreSupprimer
  4. Mince... C'est sur que devoir tout changer du jour au lendemain c'est pas évident... Et je comprends que ça t'inquiète, surtout si tu avais déjà faim avec les rations que tu avais avant... Courage, heureusement ça ne va pas durer longtemps et souvent le régime suffit pour que tout se passe bien pour maman et pour bébé...
    Et 5kgs c'est vraiment raisonnable. (J'ai pris plus personnellement...)

    RépondreSupprimer