jeudi 24 avril 2014

Kaïken de Jean-Christophe Grangé: Un Thriller japonisant en 2 temps


Je suis en retard dans mes rapports de lecture.

Pourtant, dès qu'il est sorti en poche, je me suis jetée sur le dernier Jean-Christophe Grangé: Kaïken.
On va bien voir ce que j'en retiens presque deux mois après l'avoir terminé.


De quoi ça parle ?
Olivier Passan et un flic de la criminelle au caractère plutôt torturé. Il est en pleine instance de divorce avec sa femme: la sublime japonaise Naoko. Passan est passionné de la culture japonaise moyenâgeuse, celle des samouraï et des codes d'honneur complexes.
Il traque pour ainsi dire un tueur en série aux méthodes atroces mais dont le parcours de vie n'est pas si différent du sien.
Dans cette histoire Passan est au centre de la tourmente entre ce tueur fou qui semble s'en prendre à sa famille, son divorce, et cette culture japonaise dévastatrice.

Ce que j'en pense?
D'habitude avec Grangé, la tension et l'horreur s'installe petit à petit. Il faut un long processus pour comprendre le tueur et le démasquer. Ici on est tout de suite dans le vif du sujet. Le tueur est connu dès la première page. Et le combat avec le héros est bien engagé. Ce n'est pas dérangeant, ça suppose quelque chose de plus profond encore, qui viendra plus tard.
Et effectivement, il a un après. Le roman est coupé en deux: d'abord une première intrigue avec ce tueur fou puis une seconde axée sur le côté japonisant de l'affaire. Mais je trouve que le lien a du mal à se faire, il y a une cassure assez nette, c'est un peu dommage.
Mis à part ce défaut, c'est un thriller très prenant. Grangé arrive très bien à nous embarquer dans cette histoire et n'hésite pas à disséminer de fausses pistes pour nous mieux suspendre ensuite. Il a l'art de rendre les choses crédibles, ce qui renforce cette impression de malaise que doivent procurer les thriller.
Et cette mise en avant de la culture japonaise poussée dans ses retranchements m'est très agréable. Ce n'est pas son roman le plus angoissant ou le plus sanglant, mais il y a une forme d'élégance, on imagine la beauté des combats de samouraï.

C'est une réussite.


2 commentaires:

  1. Je n'ai lu qu'un Grangé pour le moment, il s'agit (si je ne me trompe pas) de La Forêt des Manes (mais je ne suis pas sûre ^^) et pourquoi je te dis ça hein ? :p parce que je l'avais beaucoup aimé, qu'il m'avait tenu en haleine, m'avait fait peur et angoissé ! Par contre le tien, il ne me donne pas envie, cette histoire de cassure et faut dire les combats de samourai et tout ça c'est pas trop mon truc (au ciné non plus) ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que celui ci n'est pas mon meilleurs, en tout cas ce n'est pas celui qui fait le plus peur. Moi j'aime bien la culture japonaise et ce culte de l'honneur exacerbé, alors ce roman me plait quand même.
      Et c'est vrai que la Forêt des Manes est bien flippant, mais il y en a un qui m'a donné de sérieuses sueurs froides c'est Le Serments des Limbes. Je te le conseille sans hésiter, ainsi que Miserere.

      Supprimer